La Tunisie ouvre un espace politique nouveau en Afrique du Nord Communiqué de presse du MAN du 21 janvier 2011

(actualisé le )

La Tunisie ouvre un espace politique nouveau en Afrique du Nord. La violence a échoué. 23 jours de révolte ont effacé 23 ans de dictature, mais le peuple tunisien l’a payé cher : les morts ont été nombreux.

La portée de cet événement s’étend bien au-delà du Maghreb. En pays arabe, c’est la première révolution démocratique qui se soit produite. Aucune trace d’islamisme n’est apparue dans cette levée du peuple tunisien.

Des criminels bien armés, aux ordres d’une mafia, tentent encore de s’opposer à l’irréversible. Des jeunes font face aux désordres que cet effondrement du système policier engendre. Cependant, le peuple tunisien n’a pas choisi la violence ; il y a fait face. Puisse-t-il continuer à marcher vers la démocratie sans vengeances.

Mohamed Bouazizi, l’enfant de Sidi Bouzid, ne sera pas mort, à 26 ans, pour rien ! Comme le rappelle le Manifeste du MAN, dans l’esprit de Gandhi : "Entre la collaboration résignée et la résistance violente, mieux vaudrait choisir la violence".

Nous avons besoin de cet exemple d’un peuple qui se dresse et vainc la haine. Une longue et difficile période s’ouvre que les États voisins de la Tunisie craignent. Le MAN considère que les citoyens français ont des leçons à tirer de cet événement mais aussi que l’insupportable complaisance des gouvernements français est, de fait, condamnée !

Soutenons ceux qui construisent une Tunisie nouvelle, libre et juste. car si la Tunisie réussit, le monde entier y aura gagné.

Contact presse : Katia Roux - 01 45 44 48 25


En librairie



Partager cette page