Comment oser le changement dans un monde en crise ?

(actualisé le ) par MAN Nancy

Le forum du MAN a eu lieu à Rodez du 20 au 24 août 2012. Pour ceux qui n’auraient pu y participer, et même pour ceux qui y sont allés, voici quelques documents de synthèse issus des interventions.

Comment oser le changement dans un monde en crise ? Cette question a semble-t-il fait écho puisqu’elle a mobilisé près de 150 participants lors du forum bi-annuel du MAN, organisé à Rodez du 20 au 24 août 2012 par les équipe du Man Aveyron et du MAN Albi. Des jeunes familles étaient présentes et une quinzaine d’enfants ont été accueillis et pris en charge.

Une pléiade d’intervenants, complémentaires entre eux, ont donné tout au long de la semaine, un contenu dense à ces journées et ont apporté divers éclairages sur ce vaste sujet sur lequel il n’a pas bien sûr été possible de tout dire. Le forum a néanmoins permis d’ouvrir des pistes, de susciter une réflexion, en déclinant le problème de la crise dans ses diverses dimensions mais aussi et surtout en esquissant des propositions de réponses personnelles et collectives.

Le forum était destiné en plusieurs temps et selon une progression. Les mécanismes de la Crise ont été clairement décrits par Manuel Domergue, journaliste à Alternatives Economiques. Crise économique et financière à son point de départ, elle est aussi beaucoup plus profondément une crise écologique et énergétique, une crise de la croissance qui ne pourra plus être illimitée (« les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ! »), et qui engendre des inégalités insupportables. Assurément, il va nous falloir inventer un nouveau modèle de société. Le défi est immense mais ne nous décourageons pas, « les puissants ne sont pas si puissants ».

Comment donc passer « vers un autre monde », « oser le changement » et construire des alternatives ? Ce fut la matière des travaux du reste du forum qui ont abordé les questions d’éducation, de changement personnel et collectif, de luttes non-violentes, de transition énergétique.

Les questions internationales n’ont pas été oubliées puisqu’ont été évoquées les luttes des Indignés, la marche des paysans sans terre du mouvement Ekta Parishad ou encore le combat non-violent des résistants palestiniens illustré par la présence de l’un d’entre eux, Mousa Abu Maria qui a témoigné de son action au quotidien dans ce domaine.

La journée sur le Larzac, placée en milieu de semaine a été vécue comme un moment de détente et de respiration. Par delà la nostalgie d’une époque où les plus anciens se sont beaucoup investis, elle a permis de rencontrer des acteurs d’aujourd’hui qui continuent à s’engager autrement et à essayer de vivre en cohérence avec leurs convictions.

La campagne du MAN pour le désarmement nucléaire de la France a semble-t-il rencontré un bon écho chez les participants et nourri l’envie de s’y investir en donnant à chacun de solides arguments.

Enfin des ateliers de communication ont permis aux participants de se retrouver en petit groupe et d’expérimenter concrètement des moyens de se situer dans un conflit, de vivre la non-violence, l’écoute, l’empathie dans les relations.

La presse locale a été très présente et a relayé l’actualité du forum dans de larges articles. La Dépêche du Midi déclarait même Rodez « capitale de la non violence » !

En fin de forum, chaque participant a pu exprimer un avis en quelques phrases lors du bilan et dire de quelle manière, il avait le plein d’énergie pendant ces riches journées : « l’engagement des autres dynamise et porte à réfléchir », « il est important d’être déterminé à mener une lutte jusqu’au bout pour gagner », « le pluralisme des approches est très complémentaire », « ne rien lâcher sur l’essentiel » ou bien encore « comment mobiliser l’extraordinaire mouvement de sympathie que nous rencontrons ? »


En librairie



Mots-clés

Partager cette page